Attributions causales et de responsabilité

Play Boy se prête à l'expérimentation

Publié dans Attributions causales et de responsabilité

On doit cette expérience, datant de 1966, à Valins.

Cet auteur va mettre au point une expérimentation destinée à influencer les jugements d’attirance des sujets de sexe masculin.

La tâche des sujets était d’estimer leur attirance à l’égard de photos présentant des jeunes femmes nues, issues du magazine Play-Boy.

Il était expliqué aux participants que leur rythme cardiaque serait enregistré tout au long de l’expérimentation à l’aide d’un appareil approprié et que leurs battements cardiaques seraient entendus dans tout le laboratoire et donc par le sujet lui-même.

En réalité, ces battements cardiaques, tantôt rapides, tantôt lents, n’étaient pas ceux du sujet mais étaient préenregistrés et associés aux photos de façon aléatoire.

Les résultats montrent que les femmes sur les photos étaient estimées d’autant plus attirantes qu’elles avaient été associées, par l’expérimentateur, à des battements cardiaques rapides.

Ainsi, tout se passe comme si les sujets, incapables de porter un quelconque jugement sur les photos présentées, appuyaient leur évaluation sur les battements cardiaques qu’ils croient être les leurs, donc par rapport à des éléments extérieurs.

Le raisonnement des sujets peut se résumer comme suit : « Si mon coeur bat rapidement pour telle et telle photos, c’est que je doit juger la femme plus attirante »

Valins a également montré que les préférences persistaient même lorsque le sujet était informé de la manipulation dont il avait été victime.

Valins, S., 1966. Cognitive effects of false heart-rate feedback. Journal of personality and social psychology, 4(4), pp.400–8

Qui est en ligne ?

Nous avons 172 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien