Influence, engagement et dissonance

Des actes aux attitudes

Publié dans Influence, engagement et dissonance

On doit cette expérience datant de 1977 à Kiesler.

L’auteur mesure, par le biais d’une échelle d’appréciation, l’attitude d’étudiants par rapport au principe de co-gestion étudiants-enseignants des programmes d’enseignement.

Les étudiants étaient globalement et sans surprise pour ce principe.

Les étudiants doivent ensuite rédiger librement un texte d’une page prônant les avantages d’une telle co-gestion.

Pour ce, la moitié des sujets étaient très peu rémunérée ; 0,5 $ tandis que l’autre moitié était mieux payée ; 2,5 $

L’auteur crée ainsi deux groupes engagés différemment. Les sujets peu rémunérés étant les sujets les plus engagés.

Plus tard, les étudiants doivent lire un texte correspondant à une importante contre propagande sur le sujet. Le texte est persuasif et s’insurge avec force contre l’idée même de co-gestion étudiants-enseignants.

L’auteur mesure alors, une nouvelle fois, l’attitude des étudiants par rapport au principe de co-gestion.

Les résultats sont les suivants :

  • Les sujets les mieux rémunérés (les moins engagés) pour défendre la co-gestion sont influencés par la contre propagande et ils modifient davantage leur attitude personnelle de départ et sont donc moins favorables à la co-gestion qu’ils ne l’étaient avant.
  • A l’inverse, les sujets peu rémunérés (les plus engagés) pour défendre la co-gestion résistent à la propagande. Ils vont même modifier leur attitude de départ dans un sens encore plus favorable à la co-gestion. Les auteurs parlent d’ « effet boomerang ».

Ces résultats s’expliquent par la théorie de l’engagement.

Charles A. Kiesler. Sequential events in commitment. Journal of Personality, Volume 45, Issue 1, pages 65–78, March 1977