Fermer

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Connexion
Catégorisation Influence Relations intergroupes Normes Croyances

Soutenez le site

Formation et analyse de l'erreur Suggérer par mail

feu.png On doit cette expérience, datant de 2006, à Joung et al.

Les chercheurs ont imaginé deux types de formation à destination de 59 pompiers.
Chaque formation comprenait deux phases:

Les Sujets prenaient connaissance de dossiers présentant différentes situations issues d'interventions réelles. Ces situations étaient soit complexes (ex: usine en feu), soit peu complexes (maison individuelle en feu).

Les sujets étaient divisés en groupes suivant le type de formation dispensé.


  • Le premier groupe suivait une formation "sans erreur": les interventions décrites étaient en phases avec les consignes de sécurité.

 

  • Le second groupe suivait une formation "avec erreur": les interventions décrites faisaient état de graves manquement aux consignes de sécurité bien que non explicitement identifiées comme telles.


Au milieu de la présentation des cas, le formateur demandait aux pompiers leur analyse de la situation décrite (repérage d'erreur, issue de l'intervention...). Après un temps d'échanges, la fin du cas était présentée, avec les éventuelles conséquences des erreurs commises dans la situation.

La deuxième phase de l'expérience présentait aux sujets de nouveaux cas d'interventions (complexes ou peu complexes). Chaque sujet devait analyser seul chaque situation et relever les éventuelles erreurs de procédure. Il devait ensuite proposer des solutions pour y remédier.


Les résultats sont les suivants:

result-joung.jpg

Les chercheurs constatent que ce sont les cas de situations complexes qui permettent aux sujets de relever le plus d'erreurs. Ils remarquent surtout que la formation "avec erreur" est beaucoup plus profitable que celle "sans erreurs".

En effet, les sujets ayant suivi la formation présentant des interventions avec des erreurs identifient un tiers d'erreurs de procédure en plus que les sujets de l'autre groupe.

 

 

Pour conclure, la meilleure pédagogie semble bien être basée sur l'erreur. L'efficacité de cette pédagogie peut également s'expliquer sur les échanges qu'elle entraîne au sein d'un groupe en formation.

 

 
< Précédent   Suivant >

Recherche par mots clefs