Attributions causales et de responsabilité

Attribution qui manipule les émotions

Publié dans Attributions causales et de responsabilité

On doit cette expérience de 1970 à Storms et Nisbett.

Les auteurs travaillent sur une population de personnes souffrant d'insomnie et vont créer trois groupes distincts :

groupe   groupe   groupe

Groupe 1

 

Groupe 2

 

Groupe 3

Prétextant une étude sur le rêve, on donne un placebo à ce groupe sensé les énerver   Prétextant une étude sur le rêve, on donne un placebo à ce groupe sensé les détendre   Ce groupe ne reçoit aucun placébo

On va ensuite mesurer le temps que les sujets vont mettre à s'endormir.

Les résultats sont les suivants :

Groupe 1 (excité):

Met moins de temps que d'habitude pour s'endormir

Groupe 2 (détendu):

Met plus de temps que d'habitude (52 min au lieu de 37)

Groupe 3 (témoin):

Ne change pas de l'habitude

Les hypothèses explicatives sont les suivantes :

Les sujets du groupe 2 (sensés être détendus) ne pouvaient pas attribuer leurs problèmes d’endormissement aux cachets qu’il avait pris ; donc faire une causalité Externe. Cela va donc renforcer sa causalité Interne et il va mettre davantage de temps que d’habitude pour s’endormir.

Les sujets du groupe 1 (sensés être énervés) peuvent attribuer sans soucis leurs problèmes aux cachets qu’ils avaient pris et donc faire une causalité externe. Apaisé par cette attribution le dégageant lui-même de la causalité, il va mettre moins de temps pour s’endormir.

Storms, Michael D.; Nisbett, Richard E. Insomnia and the attribution process. Journal of Personality and Social Psychology, Vol 16(2), Oct 1970, 319-328.

Qui est en ligne ?

Nous avons 195 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien