Dossiers de lecture

Internalité et libéralisme

Publié dans Dossiers de lecture

La norme d’internalité est survalorisée dans nos cultures occidentales et a un rapport avec l’idéologie libérale.
Le processus de socialisation nous amène à l’ erreur fondamentale d'attribution . Les explications internes sont le fruit d’un apprentissage social.

Les discours internes sont bien considérés.

Pour les agents de pouvoir qui évaluent les sujets , avoir à faire à un discourt Interne est plus confortable. La norme d'internalité apporte à l'exercice du pouvoir. Il vaut mieux se montrer interne dans tous les cas. Le discours externe est potentiellement rebelle.

Il est mieux vu de dire « j’ai réussi parce que j’ai beaucoup travaillé »  que de dire « j’ai réussi parce que j’ai eu de la chance ».
On valorise bien sûr les discours dit « allégeants » par rapport au pouvoir. Les discours internes mais non allégeants sont très mal perçus, «  j’ai réussi parce que j’ai volé les idées de mon partenaire ».

Ainsi, selon Gangloff, pour susciter la valorisation, les explications peuvent être internes ou externes pourvu qu’elles «taisent l’influence de l’environnement social», c'est-à-dire qu’elles « préservent l’ordre établit ».

D’une façon générale, l’internalité procède de la naturalisation des valeurs dominantes.
Elle permet de légitimer la position de chacun dans la hiérarchie sociale, en invoquant des qualités personnelles, le mérite, tout en masquant l’arbitraire social.
L’ordre social se constitue dans la pensée commune comme en tant qu’ordre naturel.

Pour exemple, le mérite vient davantage des structures sociales que de l'individualité. Si l'on insiste sur l'égalité des chances, on voit apparaître une méritocratie.

Si l’on considère les valeurs de l’individualisme, on peut les énoncer comme suit :

  • La dignité de l’individu (il est considéré comme une fin en soi, le but de vie étant l’épanouissement personnel)
  • Le développement de soi (se réaliser, s’affirmer)
  • L’autonomie (définir soi même les orientations de sa vie)
  • La vie privée (où les autres sont vécus comme potentiellement intrusifs)
  • Les capacités et les besoins du sujet seraient innés. Les règles sociales seraient là pour les satisfaire.

Le modèle individualiste est tellement imprégné qu’il peut nous faire croire à la fin des idéologies.
 
Si l’on prend les élections présidentielles de 2007, on peut voir que le phénomène de starisation individuelle s’amplifie.  Tout se passe comme si les électeurs n’allaient pas voter pour un parti mais pour un ou une candidate.

Pour finir, l’internalité, la méritocratie et la croyance en un monde juste ne sont pas sans rapport et naturalisent les problèmes sociaux.

Les normes sociales de jugement sont dépendantes de l'idéologie ambiante.

Le schéma ci-dessous permet de comprendre les processus de reproduction mais pas d'innovation.

shemas reproduction

Qui est en ligne ?

Nous avons 93 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien