Fermer

Connexion






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Connexion

 Les dossiers de lecture

Vous êtes dans la rubrique "Dossiers de lecture". Cliquer sur le lien suivant pour afficher tous les dossiers sous forme de liste.

Langage et pouvoir symbolique Suggérer par mail
Index de l'article
Langage et pouvoir symbolique
pouvoir symbolique
Institution sociale du pouvoir symbolique
vision et division du monde
champ politique et pouvoir symbolique
délégation et fétichisme politique
analyse d'une théorie sociale
langageetpouvoirsymbolique.jpg "Langage et pouvoir symbolique" de Pierre Bourdieu.
Bourdieu ; grand sociologue mondialement reconnu, il fut aussi un penseur engagé dont les prises de position ont suscité des polémiques. Il démonte les mécanismes par lesquels les clivages sociaux se reproduisent. C’est sans doute pour cette raison qu’on le qualifie de « sociologue énervant ».

 

Pour Bourdieu, sociologie et politique ne sont pas dissociables.
Lors des grèves de décembre 1995, il participe à un appel des intellectuels en soutien aux grévistes et crée les Éditions Liber-Raisons d'agir qui deviendront association loi 1901 en 1998 et qui publient de petits livres dénonçant le néolibéralisme. Il soutient le mouvement des chômeurs de janvier 1998. Bourdieu est un sociologue engagé qui s’oppose au néolibéralisme. Il publie Sur la télévision en 1997, Contre-feux et La domination masculine en 1998, Les structures sociales de l'économie en 2000, Contre-feux 2 en 2001.

Cet ouvrage est une contribution majeure à la compréhension du système politique actuel et demande une connaissance des concepts de la sociologie de Bourdieu.
Le contenu de cet ouvrage comprend les écrits les plus importants de Pierre Bourdieu sur le langage ainsi que sur le pouvoir symbolique dans le champ politique. Ce livre est une édition revue et augmentée des textes publiés en 1982 sous le titre "Ce que parler veut dire."


Lexique Bourdieusien

Bourdieu propose une interprétation du phénomène linguistique à l'aide des concepts d'Habitus et de champ.

L’habitus désigne un ensemble de dispositions qui portent les agents à agir et à réagir d’une certaine manière. L'habitus désigne des manières d'être, de penser et de faire communes à plusieurs personnes de même origine sociale, issue de l'incorporation non consciente des Normes et pratiques véhiculées par le groupe d'appartenance. En somme, dispositions générales (façons de faire, de réagir, manières d'être) résultant de l'intériorisation et de l'accumulation par chacun de nous, au fil de notre histoire, des apprentissages passés, d'un savoir-faire inculqué par la famille, l'école ou l'environnement social lors du processus de Socialisation.

Les dispositions qui constituent les habitus sont inculquées, structurés, durables mais aussi génératives et transposables.
Les dispositions sont, en effet, acquises grâce à un processus d’inculcation au sein duquel les expériences de la prime enfance occupent une place déterminante.

On voit donc une multitude de processus d’apprentissage ; comme celui de se tenir bien à table.

L’individu acquière alors une série de dispositions qui semble façonner littéralement les corps et deviennent comme une seconde nature. Ces dispositions sont donc structurées puisqu’elles reflètent les conditions sociales au sein desquels elles ont été acquises (milieu populaire ou bourgeois). Elles sont durables car elles sont enracinées dans les corps de telle sorte qu’elles perdurent tout au long de la vie, opérant d’une manière presque inconsciente et donc difficilement accessible à une réflexion et à une transformation consciente.

Enfin, pour Bourdieu ces dispositions sont aussi génératives et transposables puisqu’elles peuvent engendrer une multitude de pratiques et de perceptions dans d’autres champs que ceux où elles ont d’abord été acquises.
Une des dimensions essentielles de l’habitus est le rapport au corps ou l’hexis corporelle. Ainsi l'habitus d'un paysan ou d'un ouvrier implique un rapport au corps tout différent de celui d'un officier de carrière ou d'un cadre supérieur du commerce ou de la banque.
Il est important de signaler que la sociologie de Bourdieu n'est pas une pure et simple théorie du conditionnement social. Les déterminismes sociaux ne constituent pas une sorte de programmation mécanique de notre comportement. L'habitus est aussi principe d'invention. Là où il y a lutte, il y a ouverture et histoire. En témoigne d'ailleurs l'action militante des dernières années de la vie de Bourdieu.

Pour lui, les pratiques et les perceptions particulières devraient être conçues, non comme le produit des habitus eux-mêmes mais comme le produit de la relation entre habitus d’une part et les contextes sociaux spécifiques ou les champs au sein desquels les individus agissent de l’autre.
Le champ est une sphère de la vie sociale qui est devenue progressivement autonome à travers l'histoire.
La notion de champs peut être renvoyée à celle d’institutions mais à condition de considérer les institutions non comme des choses mais comme des configurations de relations entre agents individuels ou collectifs.
Le monde social se révèle pluridimensionnel, c'est-à-dire composé d'une pluralité de champs sociaux autonomes (champ économique, mais aussi champ culturel, champ politique, etc.).

Chaque champ est régi par des relations de domination spécifiques, avec des enjeux propres et des monopolisations de capitaux particuliers (capital économique, capital culturel, capital politique, etc.) ; la domination masculine étant transversale aux différents champs.
Chaque champ se caractérise par un rapport de forces entre dominants et dominés où les agents sociaux s'affrontent pour conserver ou transformer ces rapports de forces. On peut être dominant dans un type de rapports (en tant qu'homme ou titulaire d'un fort capital culturel) et dominé dans un autre (en tant que détenteur d'un faible capital économique ou politique).

Bourdieu différentie plusieurs espèces de capital ou ressource :

  1. Le capital économique (richesse matérielle)
  2. Le capital culturel (désigne l'ensemble des connaissances, dispositions, compétences souvent concrétisé sous forme de titres ou de diplômes qui, appropriés par une personne, lui permettent d'occuper un rang social déterminé)
  3. Le capital social (désigne un réseau de relations sociales)
  4. Le capital symbolique (renvoie à l’accumulation des prestiges et des honneurs)
    « La position d’un agent déterminé dans l’espace social peut ainsi être définie par la position qu’il occupe dans les différents champ, c'est-à-dire dans la distribution des pouvoirs qui sont agissants dans chacun d’eux, soit principalement le capital économique, le capital culturel et le capital social, ainsi que le capital symbolique, communément appelé prestige, réputation, renommée, etc., qui est la forme perçue et reconnue comme légitime de ces différentes espèces de capital. »

Quand Bourdieu emploi le terme de « classes », il fait référence à un ensemble d’agents qui occupent des positions similaires dans l’espace social, possédant donc des formes et des quantités similaires de capital, de semblables chances de réussite, les mêmes dispositions…
Bourdieu emprunte nombres de termes au langage de l’économie comme on l’a vu celui de « marché », de « capital » ou encore celui de « profit ». Bourdieu n’entend pas réduire tous les champs sociaux à celui de l’économie au sens étroit du terme (transactions purement économiques à savoir la vente et l’achat de marchandises) mais bien au contraire à envisager l’économie au sens étroit du terme comme un champs parmi une pluralité d’autres champs comme le champs de la littérature de la politique, de l’art ou de la Religion. Ces autres champs, sans être motivés par la seule poursuite du gain financier peuvent toutefois obéir à une logique économique en ce sens plus large qu’ils sont orientés vers l’augmentation d’un certain type de capital ou la maximisation d’un certain type de profit comme l’honneur ou le prestige.



 
< Précédent   Suivant >