37 Semaines de Grossesse et Douleurs Menstruelles Persistantes : Comment les Gérer ?

par

La fin de la grossesse est un moment rempli d’anticipation et d’émotions pour les futures mamans. À 37 semaines d’aménorrhée (SA), l’accouchement se profile à l’horizon et avec lui, son lot de sensations nouvelles et parfois anxiogènes. Une préoccupation fréquente est l’apparition de douleurs similaires à celles des règles, qui peuvent survenir de façon continue. Ces douleurs, souvent décrites comme des crampes ou contractions dans le bas ventre, suscitent bien des interrogations. Seraient-elles le signe annonciateur du travail ou plutôt des douleurs banales inhérentes aux derniers stades de la grossesse? Comprendre ces sensations est essentiel pour distinguer le normal de l’alerte à ne pas négliger. Dans cet article, nous vous apporterons des éclaircissements sur ces douleurs et vous aiderons à identifier quand il est nécessaire de consulter un professionnel de la santé. Il est important de souligner que chaque expérience de grossesse est unique et que l’écoute de son propre corps reste primordiale.

Est-ce que les douleurs menstruelles sont des contractions ?

Les douleurs menstruelles, également appelées dysménorrhée, peuvent en effet ressembler à des contractions car il s’agit de crampes utérines. Pendant le cycle menstruel, la paroi de l’utérus se contracte pour aider à expulser son revêtement s’il n’y a pas eu de grossesse. Ces contractions sont déclenchées par des substances chimiques dans le corps appelées prostaglandines.

La sensation de crampes pendant les menstruations est causée par ces contractions utérines. Bien qu’elles soient similaires aux contractions que les femmes peuvent éprouver pendant le travail, elles sont généralement moins intenses. Cependant, pour certaines femmes, elles peuvent être assez fortes et même invalidantes.

Il existe différents moyens de soulager la dysménorrhée. Des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène, un mode de vie sain incluant exercice physique régulier, une alimentation équilibrée, ainsi que certaines méthodes de relaxation ou de gestion de la douleur, comme le chauffage de la zone douloureuse avec une bouillotte ou la pratique du yoga, peuvent aider à réduire l’intensité des douleurs menstruelles.

Si les douleurs sont particulièrement sévères ou persistent malgré les mesures de soulagement, il est important de consulter un professionnel de santé. Dans certains cas, la douleur peut être le signe d’une condition plus grave, telle que l’endométriose ou un trouble hormonal, qui nécessitera un traitement spécifique.

Pourquoi y a-t-il des douleurs de règles en fin de grossesse ?

Les douleurs de règles en fin de grossesse sont souvent sujet à inquiétude pour les futures mamans, mais il est important de comprendre que certains inconforts sont tout à fait normaux en raison des changements que subit le corps pendant la grossesse.

Ces douleurs, appelées également douleurs ligamentaires, sont généralement causées par les modifications anatomiques et hormonales préparant le corps à l’accouchement. À mesure que le bébé grandit et que l’utérus s’étire, cela peut exercer une pression sur les ligaments et les muscles environnants, provoquant une sensation similaire aux douleurs de règles.

De plus, certains facteurs tels que les contractions de Braxton Hicks (contractions d’entraînement non douloureuses et irrégulières), peuvent aussi être confondues avec des douleurs menstruelles, bien qu’elles servent en réalité à préparer le corps pour le travail.

Il est également possible que ces douleurs soient un signe de travail prématuré, surtout si elles sont accompagnées par d’autres symptômes comme la rupture de la poche des eaux ou une régularité dans les contractions. Dans de tels cas, il est impératif de consulter immédiatement un professionnel de santé.

En cas de douleurs en fin de grossesse, il est toujours recommandé de parler à son médecin ou sage-femme pour évaluer si ces inconforts sont normaux ou s’ils nécessitent une attention médicale particulière. Cela permettra d’assurer la sécurité de la mère et du bébé à l’approche du terme.

Comment savoir si les douleurs sont des contractions ?

Il est courant que les femmes enceintes se demandent si les douleurs qu’elles ressentent sont des contractions associées au travail. Voici quelques éléments qui peuvent indiquer qu’il s’agit de contractions :

1. Fréquence et régularité : Les contractions du travail sont généralement régulières et se rapprochent progressivement. Elles commencent par être espacées (par exemple, toutes les 20 minutes) et finissent par survenir plus souvent (toutes les 5 minutes).

2. Durée et intensité : Les contractions du travail durent en général entre 30 et 70 secondes et leur intensité augmente avec le temps. Elles deviennent plus douloureuses et puissantes.

3. Localisation de la douleur : Les contractions sont souvent décrites comme une douleur qui commence dans le dos et se propage à l’avant du ventre, ou comme un serrement fort autour de toute la région abdominale.

4. Modifications du col de l’utérus : Accompagnées d’une modification du col de l’utérus (effacement et dilatation), c’est un signe que le travail a commencé. Toutefois, seule une vérification par un professionnel de santé peut confirmer ces changements.

5. Inefficacité des méthodes de soulagement de la douleur : Les véritables contractions du travail ne disparaissent généralement pas avec des mouvements, des changements de position, un bain chaud ou l’hydratation.

6. Perte du bouchon muqueux ou rupture des membranes : Ces événements peuvent accompagner les contractions et indiquer que le travail est proche.

Il est essentiel de consulter un médecin ou de se rendre à l’hôpital si vous pensez être en travail, surtout si les contractions sont accompagnées de saignements, de la rupture de la poche des eaux ou si elles sont très douloureuses et régulières avant 37 semaines de grossesse, ce qui pourrait indiquer un accouchement prématuré.

Comment savoir si je suis en pré-travail ?

Il est important de connaître les signes du pré-travail pour bien se préparer à l’accouchement. Voici quelques indices qui peuvent signaler que vous êtes en pré-travail :

1. Contractions irrégulières: Elles peuvent être plus ou moins douloureuses et sont généralement espacées de manière inconstante. Les contractions du pré-travail sont différentes de celles du travail actif, qui sont régulières, rapprochées et augmentent en intensité.

2. Modification du col de l’utérus: Des examens par votre médecin peuvent révéler un rameollissement, une dilatation ou un effacement progressif du col, signe que le corps se prépare pour l’accouchement.

3. Pertes du bouchon muqueux: Il s’agit d’une masse gelatineuse qui bloque l’entrée du col de l’utérus pendant la grossesse. Son expulsion peut indiquer que le travail approche, même si cela peut survenir plusieurs jours avant l’accouchement.

4. Augmentation des pertes vaginales: Vous pourriez observer des pertes vaginales plus abondantes, parfois striées de sang (ce qu’on appelle des traces de sang ou « show »).

5. Sensation de bébé qui « descend »: Votre bébé peut descendre dans votre bassin, ce qui permet de soulager la pression sur votre diaphragme mais peut augmenter la pression dans le bas du ventre et sur le pelvis.

6. Rupture des membranes: Il peut y avoir une fuite de liquide amniotique résultant de la rupture de la poche des eaux. Si cela se produit, il est essentiel de contacter immédiatement votre professionnel de santé.

7. Contractions de Braxton Hicks: Ces contractions de fausse alarme peuvent devenir plus fréquentes et plus intenses pendant le pré-travail.

8. Changements gastro-intestinaux: Certains femmes ont des nausées, de la diarrhée ou d’autres changements des habitudes intestinales peu de temps avant le début du travail.

Si vous expérimentez ces symptômes, il est conseillé de consulter votre professionnel de santé pour confirmer si vous êtes en pré-travail et discuter de votre plan de naissance. N’oubliez pas que chaque grossesse est unique, et certains signes de pré-travail peuvent ne pas être présents chez toutes les femmes.

Est-il normal de ressentir des douleurs semblables à celles des règles à 37 semaines d’aménorrhée?

Oui, il est assez courant de ressentir des douleurs semblables à celles des règles à 37 semaines d’aménorrhée. Ces douleurs peuvent être liées à la préparation du corps pour l’accouchement, incluant les contractions de Braxton Hicks ou encore des changements au niveau du col de l’utérus. Néanmoins, il est important de discuter de tout symptôme préoccupant avec un professionnel de santé pour exclure toute complication comme le travail prématuré.

Quelles sont les causes possibles des douleurs continues de type menstruel à 37 SA?

Quand faut-il consulter un médecin si l’on éprouve des douleurs de règle en continu à 37 semaines de grossesse?

Il est important de consulter immédiatement un médecin si vous ressentez des douleurs de règles en continu à 37 semaines de grossesse, car cela peut être le signe d’un travail prématuré ou d’autres complications. Ne tardez pas à demander un avis médical.

Articles similaires

Notez cet article

Laissez un commentaire

Psychologie Sociale

À travers ce blog, nous vous aidons à vous épanouir en vous faisant découvrir l’essentiel des informations et des conseils qu’il vous faut absolument sur la psychologie, le bien-être, les relations et le spirituel. Pour toutes vos préoccupations, nous vous invitons à nous contacter en nous laissant un message. Nous vous répondrons immédiatement. 

Suivez-nous sur

@2024 – Tous droits réservés. Psychologie Sociale

Jet Casino