Attributions causales et de responsabilité

L'effet Barnum

Publié dans Attributions causales et de responsabilité

On doit cette expérience datant de 1949 à Forer.

Ce chercheur fit passer à chacun de ses étudiants un test de personnalité.

Il jeta ensuite ces résultats à la poubelle et recopia un texte d’une analyse de personnalité extraite de la rubrique astrologique d’un magazine quelconque.

Quelques jours plus tard, il remit à chaque élève le texte suivant:

Vous avez besoin d’être aimé et admiré, et pourtant vous êtes critique avec vous-même. Vous avez certes des points faibles dans votre personnalité, mais vous savez généralement les compenser. Vous avez un potentiel considérable que vous n’avez pas tourné à votre avantage. A l’extérieur, vous êtes discipliné et vous savez vous contrôler, mais à l’intérieur, vous tendez à être préoccupé et pas très sur de vous-même. Parfois, vous vous demandez sérieusement si vous avez pris la bonne décision ou accompli ce qu’il fallait. Vous préférez une certaine dose de changement et de variété, et devenez insatisfait si l’on vous entoure de restrictions et de limitations. Vous vous flattez d’être un esprit indépendant et vous n’acceptez l’opinion d’autrui que dûment démontrée. Vous pensez qu’il est maladroit de se révéler trop facilement aux autres. Par moments, vous êtes très extraverti, bavard et sociable, tandis que, à d’autres moments, vous êtes introverti, circonspect, et réservé. Certaines de vos aspirations tendent à être assez irréalistes.  

Les étudiants n’étaient pas au courant du fait que l’expérimentateur avait remis le même compte-rendu à tous ses élèves.

Forer leur demanda ensuite de noter cette évaluation entre 0 et 5 afin de savoir si ils pensaient que le résultat de ce test révélait bien leur personnalité.

Les résultats sont les suivants:

La moyenne des résultats obtenus est de 4,2 sur 5 ce qui démontre un important accord.
Ce résultat s’explique par ce que l’auteur a nommé l’ « effet Barnum ».
Cet effet se définit par la tendance à considérer des énoncés généraux sur la personnalité, généralement positifs, comme s'appliquant à soi.

Les psychologues Dickson et Kelly ont ensuite poursuivi les recherches sur cet effet, faisant notamment ressortir que l'évaluation de la pertinence augmentait selon différents facteurs, principalement:

  • la persuasion du sujet que l'analyse s'appliquait à lui seul
  • la reconnaissance par le sujet d'une autorité de l'évaluateur
  • la présence dans l'analyse de traits majoritairement positifs

Forer BR (1949). The fallacy of personal validation: A classroom demonstration of gullibility Journal of Abnormal and Social Psychology. 44, 118-123

Qui est en ligne ?

Nous avons 77 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien