Conscience de soi raciale

par Paul
conscience-de-soi-raciale

On doit cette expérience, datant de 1947, à Kenneth et mamie Clark.

Les sujets sont de jeunes enfants noirs âgés de 3 à 7 ans.

Les expérimentateurs présentent à chaque enfant quatre poupées (2 noires et 2 blanches).

Chaque enfant devait répondre dans l’ordre aux questions suivantes :

  1. Donne-moi la poupée avec laquelle tu aimerais jouer, la poupée que tu préfères.
  2. Donne-moi la poupée qui est une gentille poupée.
  3. Donne-moi la poupée qui est moche.
  4. Donne-moi la poupée qui a une belle couleur.
  5. Donne-moi la poupée qui ressemble à un enfant blanc.
  6. Donne-moi la poupée qui ressemble à un enfant de couleur.
  7. Donne-moi la poupée qui ressemble à un enfant de « négro » (terme officiel désignant à l’époque les noirs aux États-Unis).
  8. Donne-moi la poupée qui te ressemble.

Les résultats sont les suivants :

Dès 3 ans, plus de 75 % des sujets étaient capables d’identifier correctement les poupées sur la base de leur couleur (question 5 et 6).

66 % des enfants de 4 ans reconnaissaient davantage ressembler à une poupée noire (question 8).

Cependant, 76 % choisissent de jouer avec une poupée blanche (question 1). 76 % trouvent également que c’est une gentille poupée (question 2) et enfin 72 % trouvent qu’elle a une belle couleur (question 4).

En ce qui concerne la poupée « moche » (question 3), 25 % des enfants âgés de 4 ans choisissaient la poupée blanche alors que 55 % montraient la poupée noire.
A 5 ans, la tendance s’accentue, 78 % désignent la poupée noire comme moche, ils ne sont plus que 11 % à choisir la poupée blanche.

Ainsi, ces résultats montrent qu’en période de ségrégation raciale, les enfants noirs, dès leur plus jeune âge, souffraient d’un sentiment d’infériorité, d’une dévalorisation de soi préjudiciable au bon déroulement de leur personnalité.

Aujourd’hui la loi a bien heureusement changé. Cependant, la reconnaissance de l’égalité des droits ne garantit pas celle des faits.
Nos sociétés démocratiques restent racistes et discriminatoires dans les faits.

Pour illustration, en France, un sondage, datant de Mars 2000, de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme publie que 63 % des personnes interrogées considèrent « qu’il y a trop d’Arabes en France ».

Par définition, être stigmatisé, c’est posséder une identité dévalorisée, jugée inférieure par autrui.

Articles similaires

Notez cet article

Laissez un commentaire

Psychologie Sociale

À travers ce blog, nous vous aidons à vous épanouir en vous faisant découvrir l’essentiel des informations et des conseils qu’il vous faut absolument sur la psychologie, le bien-être, les relations et le spirituel. Pour toutes vos préoccupations, nous vous invitons à nous contacter en nous laissant un message. Nous vous répondrons immédiatement. 

Suivez-nous sur

@2024 – Tous droits réservés. Psychologie Sociale

Jet Casino