Qu’est-ce que la psychologie anormale?

par Mariane

La psychologie anormale est une branche de la psychologie qui traite de la psychopathologie et du comportement anormal, souvent dans un contexte clinique. Le terme couvre un large éventail de troubles, de la dépression au trouble obsessionnel-compulsif (TOC) en passant par les troubles de la personnalité.

Les conseillers, les psychologues cliniciens et les psychothérapeutes travaillent souvent directement dans ce domaine.

Le terme « anormal » fait l’objet de nombreux débats. Qu’est-ce que la « normalité » exactement et qui décide ? Les normes sociales qui sont souvent utilisées pour déterminer ce qui est normal par rapport à anormal peuvent changer avec le temps, donc s’installer sur une définition standard n’est pas simple ou direct.

Cet article explique ce qu’est la psychologie anormale et les différents sujets étudiés par ce domaine de la psychologie. Il couvre également la définition de l’anormalité et certaines des critiques de la psychologie anormale.

Qu’est-ce que la psychologie anormale?

La psychologie anormale se concentre sur les schémas d’émotion, de pensée et de comportement qui peuvent être des signes d’un problème de santé mentale. Plutôt que de faire la distinction entre normal et anormal, les psychologues dans ce domaine se concentrent sur le niveau de détresse que les comportements, les pensées ou les émotions pourraient causer.

Si un comportement crée des problèmes dans la vie d’une personne ou perturbe les autres, il s’agit alors d’un comportement « anormal ». Dans de tels cas, le comportement peut nécessiter un certain type d’intervention en santé mentale.

Selon l’Institut national de la santé mentale (NIMH), près d’un adulte américain sur cinq vit avec une maladie mentale.

Définir l’anomalie

Il existe différentes façons de définir une anomalie, mais les caractéristiques suivantes sont généralement incluses :

  • Un comportement anormal se produit rarement. Cependant, la rareté statistique seule n’est pas une définition suffisante. Certains comportements sains, souhaitables et bénéfiques se produisent également rarement. Et d’autres comportements ou caractéristiques inhabituels n’ont aucune incidence sur la façon dont une personne se comporte ou fonctionne. Donc, ce n’est pas parce que quelque chose est inhabituel ou peu commun qu’il doit être défini comme anormal.
  • Un comportement anormal crée de la détresse. Ces comportements peuvent perturber l’individu, ou ils peuvent déranger et perturber les autres.
  • Un comportement anormal affecte la capacité d’une personne à fonctionner. Les personnes qui affichent ces comportements peuvent avoir du mal à fonctionner normalement dans leur vie quotidienne, ce qui peut affecter leurs relations, leur travail, leurs études et leur vie familiale.
  • Un comportement anormal est socialement perturbateur. Cela peut violer les normes sociales et rendre difficile pour les gens de fonctionner dans des contextes sociaux et de maintenir des relations sociales.

résumer

La psychologie anormale ne traite pas seulement des comportements qui sont considérés comme statistiquement peu fréquents. Au lieu de cela, il se concentre sur les comportements qui créent de la détresse, rendent le fonctionnement difficile et qui peuvent être socialement perturbateurs.

Perspectives sur la psychologie anormale

Il existe un certain nombre de perspectives différentes utilisées dans la psychologie anormale. Alors que certains psychologues ou psychiatres peuvent se concentrer sur un seul point de vue, de nombreux professionnels de la santé mentale utilisent des éléments de plusieurs domaines afin de mieux comprendre et traiter les troubles psychologiques.

Approche psychanalytique

Cette perspective trouve ses racines dans les théories de Sigmund Freud. L’approche psychanalytique suggère que de nombreux comportements anormaux proviennent de pensées, de désirs et de souvenirs inconscients.

Bien que ces sentiments soient en dehors de la conscience, on pense toujours qu’ils influencent les actions conscientes.

Les thérapeutes qui adoptent cette approche croient qu’en analysant leurs souvenirs, leurs comportements, leurs pensées et même leurs rêves, les gens peuvent découvrir et gérer certains des sentiments qui ont conduit à des comportements inadaptés et à la détresse.

Approche comportementale

Cette approche de la psychologie anormale se concentre sur les comportements observables. En thérapie comportementale, l’accent est mis sur le renforcement des comportements positifs et non sur le renforcement des comportements inadaptés.

L’approche comportementale cible uniquement le comportement lui-même, pas les causes sous-jacentes. Lorsqu’il s’agit d’un comportement anormal, un thérapeute comportemental peut utiliser des stratégies telles que le conditionnement classique et le conditionnement opérant pour aider à éliminer les comportements indésirables et enseigner de nouveaux comportements.

Approche médicale

Cette approche de la psychologie anormale se concentre sur les causes biologiques de la maladie mentale, en mettant l’accent sur la compréhension de la cause sous-jacente des troubles, qui peuvent inclure l’héritage génétique, les maladies physiques associées, les infections et les déséquilibres chimiques. Les traitements médicaux sont souvent de nature pharmacologique, bien que les médicaments soient souvent utilisés en conjonction avec un certain type de psychothérapie.

Approche cognitive

L’approche cognitive de la psychologie anormale se concentre sur la façon dont les pensées, les perceptions et le raisonnement internes contribuent aux troubles psychologiques. Les traitements cognitifs visent généralement à aider l’individu à changer ses pensées ou ses réactions.

La thérapie cognitive peut également être utilisée en conjonction avec des méthodes comportementales dans une technique connue sous le nom de thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

résumer

Les psychologues examinent souvent les comportements anormaux à travers un certain nombre de perspectives différentes, notamment les approches psychanalytiques, comportementales, cognitives et médicales. De telles perspectives peuvent influencer la façon dont une condition est traitée, mais les thérapeutes s’appuient aussi souvent sur des techniques issues d’approches multiples.

Sujets en psychologie anormale

Les principaux sujets de la psychologie anormale sont l’étude, la compréhension, le diagnostic, le traitement et la prévention des troubles psychologiques. Les troubles psychologiques sont définis comme des schémas de symptômes comportementaux ou psychologiques qui affectent plusieurs domaines de la vie. Ces conditions créent de la détresse chez la personne qui présente des symptômes.

Les professionnels de la santé mentale utilisent le « Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux », publié par l’American Psychiatric Association (APA), à diverses fins. Le manuel contient une liste des troubles psychiatriques, des codes de diagnostic, des informations sur la prévalence de chaque trouble et des critères de diagnostic. Certaines des catégories de troubles psychologiques comprennent:

  • Troubles anxieux, tels que le trouble d’anxiété sociale, le trouble panique et le trouble d’anxiété généralisée
  • Troubles de l’humeur, tels que la dépression et le trouble bipolaire
  • Troubles neurodéveloppementaux, tels que déficience intellectuelle ou trouble du spectre autistique
  • Troubles neurocognitifs dont délire
  • Troubles de la personnalité, tels que le trouble de la personnalité limite, le trouble de la personnalité évitante et le trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive
  • Troubles liés à l’utilisation de substances

Critiques de la psychologie anormale

Le domaine de la psychologie anormale n’est pas exempt de critiques. En plus des débats sur l’utilisation du terme « anormal » lui-même, certains pensent que ce domaine présente un certain nombre de lacunes.

En particulier, certains estiment que ce domaine stigmatise les personnes vulnérables et opprimées. Les critiques suggèrent également que le domaine de la psychologie anormale tend à pathologiser les variations normales du comportement humain.

Certains proposent également que l’approche médicale de la maladie mentale se concentre souvent uniquement sur les déterminants biologiques et génétiques de la détresse plutôt que d’adopter une vision plus holistique. Cela ne tient pas non plus compte du fait qu’il existe des différences culturelles majeures dans ce qui est considéré comme normal et anormal.

La recherche a également révélé qu’en apprendre davantage sur la psychologie anormale semble faire peu pour lutter contre la stigmatisation concernant la maladie mentale. Une étude a révélé qu’enseigner aux étudiants la psychologie anormale ne réduisait pas la stigmatisation liée à la santé mentale, n’améliorait pas les attitudes envers la maladie mentale ou n’augmentait pas les comportements de recherche d’aide chez les étudiants.

Un mot de Verywell

La psychologie anormale peut se concentrer sur un comportement atypique, mais son objectif n’est pas de s’assurer que toutes les personnes correspondent à une définition étroite de « normal ». Dans la plupart des cas, il est centré sur l’identification et le traitement des problèmes qui peuvent causer de la détresse ou une altération dans certains aspects de la vie d’un individu. En comprenant mieux ce qui est « anormal », les chercheurs et les thérapeutes peuvent trouver de nouvelles façons d’aider les gens à vivre une vie plus saine et plus épanouissante.

Comment les troubles psychologiques sont diagnostiqués

Questions fréquemment posées

  • Pourquoi les modèles de recherche corrélationnels sont-ils souvent utilisés en psychologie anormale ?

    La recherche corrélationnelle est souvent utilisée pour étudier la psychologie anormale parce que la recherche expérimentale serait contraire à l’éthique ou impossible. Les chercheurs ne peuvent pas manipuler intentionnellement des variables pour voir si cela cause une maladie mentale. Bien que la recherche corrélationnelle ne permette pas aux chercheurs de déterminer les causes et les effets, elle fournit des informations précieuses sur les relations entre les variables.

    En savoir plus : Qu’est-ce que la recherche corrélationnelle ?

  • Quels sont les concepts fondamentaux de la psychologie anormale ?

    Les concepts clés incluent que l’anormalité peut être vue à travers de nombreuses lentilles différentes et que les troubles mentaux ont souvent des causes multiples, y compris la génétique et les expériences. Une autre est que la culture a une influence sur la façon dont nous définissons l’anormalité, de sorte que ce qui est considéré comme anormal dans une culture est parfaitement normal dans une autre.

  • Comment est née l’étude de la psychologie anormale ?

    L’étude des comportements anormaux remonte à l’époque des anciens Grecs. À la fin des années 1800 et au début des années 1900, des penseurs tels que Sigmund Freud ont suggéré que les problèmes de santé mentale pourraient être traités avec des méthodes telles que la thérapie par la parole.

  • Pourquoi la psychologie anormale est-elle importante ?

    L’étude de la psychologie anormale a aidé les chercheurs et les thérapeutes à mieux comprendre les causes des troubles mentaux et à développer des méthodes pour traiter efficacement ces conditions. En comprenant les facteurs qui affectent la santé mentale, les psychologues peuvent aider les gens à surmonter leur déficience, à soulager leur détresse et à rétablir leur fonctionnement.

Articles similaires

Notez cet article

Laissez un commentaire

Psychologie Sociale

À travers ce blog, nous vous aidons à vous épanouir en vous faisant découvrir l’essentiel des informations et des conseils qu’il vous faut absolument sur la psychologie, le bien-être, les relations et le spirituel. Pour toutes vos préoccupations, nous vous invitons à nous contacter en nous laissant un message. Nous vous répondrons immédiatement. 

Suivez-nous sur

@2024 – Tous droits réservés. Psychologie Sociale

Jet Casino